En savoir plus sur les SDA / Interview de Willy Mansion
Les Saveurs de l’Année ont tout misé sur les consommateurs.
Pourquoi ?
L’idée de base est tout simplement de proposer un signe de qualité attribué par ceux qui consomment les produits. C’est simple, et c’est direct.
Quel avantage y voyez-vous ?
Le jugement des consommateurs est 100 % neutre car ils sont libres de parole et de pensée, hors de toute influence partisane. Donc, totalement sincères et indépendants dans leurs notes et commentaires.
Mais les consommateurs sont-ils vraiment concernés ?
Plus que jamais. Depuis quelques années, tout le monde s’accorde à dire que le consommateur devient même un « consom’acteur ». Il veut participer et donner un sens à sa consommation. Et bien, avec les Saveurs de l’Année, nous lui donnons vraiment les moyens de s’exprimer dans de bonnes conditions !
Pourquoi est-ce que cela fonctionne ?
Tout simplement parce que les consommateurs savent très bien ce qu’ils « veulent » et ce qu’ils « aiment ». Lorsqu’ils délivrent un jugement, ils « y mettent du leur ». Ils prennent pour référence leurs expériences personnelles. Et pour chaque note attribuée, ils vont puiser une part de leur vécu. Au bout du compte, nous obtenons une information personnelle de grande valeur.
Ressentez-vous vraiment une adhésion ?
Tout à fait ! Les consommateurs sont extrêmement motivés. Il faut savoir qu’un français sur 2 est d’accord pour participer à des dégustations comme les nôtres ! Un français sur deux prêt à consacrer du temps, à s’impliquer pour que son avis soit entendu, c’est phénoménal et cela donne une assise formidable à notre vision de la Qualité Consommateurs® !
Et concrètement, lors des dégustations,
comment cela se passe ?
Et bien les consommateurs prennent leur rôle très au sérieux. Ils ont une attitude exigeante et ne font pas de cadeau ! C’est dans leurs gènes ! En plus, quand ils participent à nos tests, ils se déplacent jusqu’aux centres d’évaluation. Ils sont briefés, mis en conditions et extrêmement concentrés pour passer les produits au crible : aspect, odeur, texture, goût… tout compte ! Je vous assure que dans ces conditions, les consommateurs exercent leur sens critique sans concession. Leur indépendance prend ici toute sa dimension.
Les testeurs expriment-ils une satisfaction particulière ?
Lorsque les consommateurs prennent part à des dégustations, à des évaluations sensorielles, c’est pour que leur avis serve à quelque chose. Ils apprécient de donner un « avis utile » pour que leur point de vue contribue à un jugement collectif.
Le résultat est-il concluant ?
Notre baromètre réalisé chaque année par BVA montre qu’aujourd’hui, 92 % des consommateurs sont satisfaits du goût des produits porteurs du signe Saveur de l’Année. Alors si rien n’est acquis éternellement, nous pensons toutefois que le contrat de confiance est rempli !
Vous avez parlé de « Qualité Consommateurs® ».
Pouvez-vous préciser ?
La Qualité Consommateurs®, c’est une qualité collaborative qui prend appui sur l’intelligence des consommateurs et sur leur capacité de jugement. Il y a deux dimensions fortes : l’aspect collectif, car les consommateurs constituent une somme d’expériences aussi diversifiées que complémentaires quand ils sont réunis au sein de nos jurys. Et puis l’aspect réaliste, car les jurys de consommateurs sont extrêmement pertinents pour jauger la qualité gustative d’un produit dès lors qu’ils peuvent le tester et l’apprécier en conditions réelles.
Comment vous positionnez-vous vis-à-vis des labels d’état ?
Notre volonté est de proposer un éclairage complémentaire aux certifications et aux labels attribués par des experts, et qui portent le plus souvent sur des dimensions liées aux conditions de fabrication. La démarche des Saveurs de l’Année apporte un regard nouveau et je dois dire unique en son genre : le regard des consommateurs sur le produit « fini », tel qu’il est en rayon.
Et cette démarche consommateurs a-t-elle été bien accueillie ?
Lorsque nous donnons la parole aux consommateurs, il est vrai que l’expert, le spécialiste, et même parfois le journaliste… voient leur monopole d’expertise remis en cause. Mais il faut accepter que les temps changent. Hormis les démarches comme les nôtres, le consommateur fait encore trop souvent figure d’intrus. Et c’est vrai, j’ai parfois eu l’impression que l’avis du consommateur dérangeait. Mais je crois sincèrement que maintenant, tout cela rentre dans les moeurs.
Comment expliquez-vous cette évolution ?
Indiscutablement, l’évolution est due au Web 2.0, le web de participation avec tous ses blogs et ses forums. Cela a été une vraie prise de conscience pour tous. Aujourd’hui, les internautes se comportent sur la toile comme des acteurs engagés, non comme des consommateurs inconséquents. Et tous les acteurs de la société civile en ont pris acte. Nous entrons dans le monde de l’intelligence collective, voir même dans la « république des consommateurs » et j’en suis personnellement ravi !
En fait, le consommateur est votre source d’inspiration ?
C’est même mon obsession ! Je vous rappelle que Monadia est le 1er Centre de Qualité Consommateurs de France. Nos équipes travaillent en permanence pour placer les consommateurs au cœur des systèmes de qualité. C’est passionnant.
Et cela depuis combien de temps ?
Nous avons commencé en 1996. Et depuis, nous développons les moyens techniques pour que chaque année, des dizaines de milliers de consommateurs puissent s’exprimer sur les produits qu’ils consomment et dire ainsi leur niveau d’exigence. Avec Monadia, ils disposent d’une place de choix pour évaluer les produits. Ils sont aux avants postes.
Vous intervenez dans d’autres secteurs que l’alimentaire ?
Oui, nous faisons appel au sens critique des consommateurs sur la cosmétique, ce qui se concrétise par des produits récompensés par des Victoires de la Beauté. Et pour les produits de l’équipement, de l’aménagement et de l’entretien de la maison, nous avons un dispositif très spécifique autour des Trophées de la Maison.
C’est différent des Saveurs de l’Année ?
Chaque univers a effectivement ses contraintes. Pour des dégustations rigoureuses, il vaut mieux avoir recours à des laboratoires d’évaluations sensorielles. Mais pour la beauté, rien ne vaut l’intimité de sa propre salle de bain. Quand aux produits de la maison, ils sont selon le cas, testés dans des Foyers Tests®, dans notre Jardin Tests® ou dans notre Maison Tests®. C’est une véritable maison exclusivement dévolue à cet usage. Personne n’avait fait cela avant nous !
Hors des consommateurs, il n’y a donc point de salut ?
Je vous l’ai dit, le consommateur est pour Monadia un passage obligé. Car cela traduit notre vision moderne des signes de qualité. Alors partout et toujours, nous faisons en sorte que les consommateurs soient écoutés et entendus. Et les derniers chiffres de l’Ifop* nous donnent raison. Lorsque l’on pose la question, « A quel signe de qualité accorderiez-vous le plus de confiance ? », les français répondent en 1er lieu « à ceux attribués par des consommateurs » (à 66 %) tandis qu’ils ne sont plus que 24 % à répondre « à ceux attribués par pouvoirs publics ». C’est totalement significatif et rien ne peut davantage nous encourager à persévérer.
*Etude Ifop – juin 2014 sur un échantillon national représentatif de 1009 consommateurs âgés de 18 et plus.
Pariant sur la capacité de jugement des consommateurs, Willy Mansion s’est positionné très tôt sur un créneau novateur : l’évaluation des produits par des consommateurs pour les consommateurs. Son objectif ? Faire en sorte qu’un autre éclairage que celui des experts compte.

En 1997, il investi son premier champ d’action : l’agroalimentaire. En créant les Saveurs de l’Année, des produits goûtés et notés par des consommateurs, ce passionné du goût (il est fils de restaurateurs), a trouvé le moyen de systématiser le vécu, le ressenti de milliers de français, lors d’une dégustation géante, la plus grande de France. C’est le succès immédiat !

Pendant 3 ans, Willy Mansion observe et comprend que la qualité consommateurs est bien plus qu’un concept ; c’est une réalité. En témoigne l’explosion des blogs et autres réseaux sociaux. En 2000, il lance alors un deuxième champ d’action : la beauté, avec les Victoires de la Beauté.

Deuxième Succès ! Puis viennent les Trophées de la Maison, en 2003 : Ainsi, les Trophées de la Maison labellisent des produits de l’univers de la maison en fonction de leur appréciation par les consommateurs et distinguent ceux qui ont convaincu par un Trophée.
Un défi passionnant qui voit son apogée en 2009 avec la création de la première Maison tests® de France. Homme de détails, Willy Mansion aime peaufiner année après année les méthodologies dans un souci constant d’amélioration, de précisions, afin d’attribuer des signes de qualité explicites qui soient également des signes de confiance !